Conseil départemental Alpes de Haute-Provence +33 4 92 30 04 04
Sélectionner une page

Lors de l’émission « Des paroles et des actes » sur France 2, Jean-Marc Ayrault avait indiqué, sur le projet de loi de finances (PLF) pour 2013 que  » à revenus constants 9 contribuables français sur 10 ne seront pas concernés par les augmentations de fiscalité…je parle des mesures qui vont être prises dans le budget 2013 « .

En effet, c’est bien le cas, car les nouvelles mesures sur l’impôt sur le revenu concernent bien les seuls foyers les plus riches avec 97% de l’effort qui  pèsent sur les 10% des Français les plus fortunés.
Mais attention, cela ne signifie pas pour autant que les efforts ne concernent qu’1 Français sur 10.
D’abord parce que les effets des réformes décidées par la droite n’ont pas pu être tous supprimés ou atténués : ainsi, il n’a pas été possible de revenir sur la suppression de la demi-part fiscale en faveur des veuves, compte tenu de son coût (plus d’1Mds€) et pour des raisons de santé publique, la hausse des taxes sur le tabac a aussi été maintenue.

En revanche, le gouvernement :

a atténué les effets du « gel du barème » dans le PLF 2013 pour les ménages modestes avec l’augmentation de la décote qui permettra aux 20 millions de foyers qui ne payaient pas d’impôt sur le revenu de continuer à ne pas être imposables. Sur les 17 millions de foyers imposables, grâce à la décote, 2 millions ne verront pas leur impôt augmenter (à revenus constants), 4 millions auront une augmentation très réduite du fait de la décote et 11 millions seront touchés par l’effet du « gel du barème ». Ainsi, ce gel aura un effet limité pour 15 millions de foyers.
a supprimé la « TVA sociale » dès le collectif budgétaire de juillet 2012, empêchant une taxation supplémentaire de la consommation de tous ;
-a augmenté l’allocation de rentrée scolaire de 25% pour les familles les plus modestes et rétabli l’accès à la retraite à 60 ans pour les travailleurs ayant commencé à travailler à 19 ou 20 ans.

Le gouvernement s’est fixé comme objectif : le redressement dans la justice. Le redressement implique un effort partagé, la solidarité de tous (avec, notamment, la suppression de la défiscalisation des heures supplémentaires décidée lors du collectif budgétaire de juillet 2012). Mais la justice implique que cet effort soit progressif en fonction du revenu de chaque foyer et de chaque entreprise. C’est bien ce que met en œuvre le gouvernement.