Conseil départemental Alpes de Haute-Provence +33 4 92 30 04 04
Sélectionner une page

Gilbert Sauvan était ce matin à l’Assemblée générale de la Chambre d’Agriculture. Dans son discours, il a rappelé toute l’implication du Conseil général en faveur de l’agriculture et l’intérêt porté à ce secteur d’activité essentiel pour notre département.

Je vous invite à lire son discours.

Je vous remercie pour votre invitation à assister à vos travaux. C’est pour moi l’occasion de vous dire toute l’implication du Conseil général en faveur de l’agriculture et l’intérêt que nous portons à ce secteur d’activité essentiel pour notre département.

Je ne peux cependant pas parler d’agriculture sans rappeler la crise que traverse actuellement la zone euro et ses conséquences sur la Politique Agricole Commune (la PAC).

Concernant la PAC, les décisions sont suspendues au futur cadre financier européen et au budget tel qu’ils seront adoptés au terme des travaux de la commission et ce pour la période 2014-2020. On évoque aussi un report d’une année voire deux pour l’entrée en vigueur de la réforme. Quoi qu’il en soit mon souci concerne avant tout le maintien des dotations.

Sur le plan national, une loi d’avenir pour l’agriculture est attendue pour fin 2013. Soyez assurés que je me battrai pour faire valoir l’agriculture de nos territoires et ses spécificités.

Je pense en effet qu’il faut accompagner la transition vers des systèmes de productions plus soutenables : promouvoir la préservation de l’environnement, une compétitivité adaptée à la dimension de nos territoires, la multifonctionnalité, la recherche de valeur ajoutée par la qualité et la transformation des produits et la relocalisation de la commercialisation…

C’est pourquoi, il faut encourager et soutenir non pas une mais des agricultures, les systèmes de production doivent évoluer, pour qu’à l’avenir les unes et les autres soient performantes mais surtout durables, responsables et complémentaires.

Au niveau du Conseil général les interventions dans le domaine l’agriculture sont le fruit d’une politique volontariste que nous estimons cependant nécessaire. C’est en effet un secteur économique crucial pour le développement de notre territoire.

Les interventions dans ce cadre sont nombreuses ; je citerai les aides à l’installation des jeunes agriculteurs, au bénéfice des infrastructures d’hydraulique agricole collective, pour les ateliers de transformation des produits à la ferme.

Nous aidons par ailleurs au développement des circuits courts et des structures professionnelles d’animation et de conseil agricole.

Enfin, la prophylaxie agricole bénéficie de notre soutien.

Le Conseil général, malgré ses contraintes financières, a su répondre présent lorsque vous êtes venu, Monsieur le Président, me trouver pour que notre collectivité soutienne votre action en faveur de la transmission des exploitations, un des enjeux majeurs de l’agriculture de demain.

Nous allons également en 2013 mettre en œuvre notre politique en faveur du développement de l’agriculture biologique.

Je ne suis pas exhaustif dans cette présentation de la politique agricole départementale, ce n’est pas l’objet de mon propos. J’ai souhaité vous faire part de l’engagement du Conseil général à vos côtés pour le développement d’une agriculture durable dans les Alpes de Haute-Provence.

Pour terminer, je tiens à féliciter la Chambre d’agriculture pour l’organisation de cette journée.