Sélectionner une page

Gilbert Sauvan est intervenu hier, lors des questions orales de l’Assemblée nationale, sur la RN 85.

Le député a rappelé que la ville de Digne-les-Bains était particulièrement enclavée, bien qu’elle soit le chef-lieu du département des Alpes de Haute-Provence. C’est en effet, une des rares ville-préfecture de France à n’avoir ni autoroute, ni chemin de fer qui lui permettent d’être connecté à un réseau important.

Les choix faits lors du dernier comité de pilotage, sur l’aménagement de la liaison Digne-les-Bains/A 51, constituent un compromis entre le projet initial, un barreau autoroutier A 585, et la volonté de maîtrise des coûts et de limiter l’impact environnemental de ce projet, qui s’appuie pour l’essentiel sur la voirie existante.

Il ne manque pour ce projet, que son inscription au PDMI. Les services de l’Etat ont souligné que le lancement des travaux peut-être envisagé dès le printemps 2014.

Ce chantier est décisif, pour le désenclavement et pour le développement du territoire. Gilbert Sauvan demande des garanties concernant la prochaine inscription au PDMI qui couvrira la période 2014/2019 de la réhabilitation de la RN 85.

La ministre, Valérie Fourneyron  a répondu à Gilbert Sauvan en l’absence du ministre délégué aux transports, Frédéric Cuvillier :

 » L’État est conscient de l’importance du projet. Dans le cadre du PDMI actuel, 3 millions d’euros ont été retenus afin de traiter trois carrefours sur la RN 85. Il a également été convenu que sur les 20 millions d’euros retenus pour l’actuel PDMI, 5,1 millions d’euros seront affectés à la sécurisation de la RN 85 entre Malijai et Mallemoisson.
1,8 million d’euros sont déjà mobilisés en 2013 pour permettre le début des travaux.
Au-delà de ces aménagements, les études d’opportunité sont achevées. Un schéma préférentiel d’aménagement a pu être identifié pour un coût compris entre 110 et 130 millions d’euros.  Ce projet est actuellement examiné par la commission Mobilité 21. »

Vidéo de l’intervention du député et de la réponse de la ministre Valérie Fourneyron