Conseil départemental Alpes de Haute-Provence +33 4 92 30 04 04
Sélectionner une page

 

voeuxCG2voeuxCg3

Discours
[…] Cette année est particulière à plus d’un titre et en tout premier lieu en raison de l’abominable attentat terroriste contre Charlie Hebdo le 7 janvier dernier suivi le 8 de l’ignoble assassinat d’une policière municipale à Montrouge et le 9 de l’odieuse prise d’otages du magasin hyper cacher. Ce sont nos valeurs, fondements de notre démocratie, qui ont été visées et c’est la France toute entière qui est blessée.

Face à ces actes de barbarie, nous avons le devoir d’être solidaires et rassemblés. Ce fut le cas partout en France et à Digne, la marche républicaine a réuni 10 000 personnes, ce qui ne s’était pas vu depuis la libération.

Ces événements dramatiques rendent d’autant plus nécessaire le rappel et la défense de la devise de la République : Liberté, Egalité, Fraternité ! Cela doit être l’affaire de tous, élus, citoyens, institutions publiques, au premier rang desquelles les départements compte tenu de leurs responsabilités en matière de solidarité humaine et territoriale. S’il n’y a pas de mot assez fort pour dire notre émotion et notre indignation, ce soir, je souhaite que nous manifestions ensemble notre soutien aux 17 victimes et à leurs proches. […]

Cette année sera aussi une année d’élections avec les régionales en décembre et les départementales en mars. Pour ces dernières, un mode de scrutin nouveau et inédit est mis en œuvre avec un renouvellement de l’ensemble des élus.

Revenons un peu sur l’histoire. La création du canton date de 1789 comme celle du conseil de département. Quelques péripéties législatives ont supprimé puis rétabli le Conseil général et c’est en 1833 que cette assemblée sera composée d’élus, au suffrage censitaire d’abord puis au suffrage universel masculin en 1848 et au suffrage universel en 1945. Les cantons subiront les mêmes aléas et seront récréés par la loi du 28 janvier 1801 sur la base d’une aire géographique.

Ce sont les listes publiées à cette époque qui constituent le socle des cantons encore en vigueur aujourd’hui. 60% des cantons existants avant la réforme de 2013 n’ont pas été modifiés depuis l’origine. Ainsi après plus de 2 siècles d’existence de nos cantons nous allons vivre une petite révolution.

Après le 29 mars prochain, le Conseil général deviendra le Conseil départemental et l’assemblée sera désormais composée de 15 femmes et 15 hommes élus en binômes mixtes sur les 15 cantons de notre département. Cela va considérablement modifier la physionomie de la prochaine assemblée. J’y vois un grand progrès et une représentation plus juste de notre société.

Bien sur, je ne peux parler du Département et des cantons sans évoquer la loi sur la nouvelle organisation territoriale de la République.

Vous le savez, je suis profondément attaché à notre collectivité et je ne suis pas le seul. Unanimement, nous avons exprimé notre position pour dire combien une collectivité de proximité conserve tout son sens et sa raison d’être en milieu rural. La légitimité de l’action départementale est ancrée dans notre histoire et notre culture bien au-delà des politiques de solidarité.

Au final, même si la clause de compétence générale est supprimée nous espérons bien conserver les routes, les collèges, les transports scolaires car c’est au plus près des habitants que les projets sont les plus conformes aux attentes.

Le Département, j’en suis convaincu, est une réalité bien concrète pour les citoyens. Nous, les parlementaires des Alpes de Haute-Provence, prendrons toute notre part aux débats tant à l’assemblée nationale qu’au sénat pour faire valoir notre position. Si nous sommes encore dans l’incertitude, je vous rappelle qu’il y a quelques mois, la disparition pure et simple des Départements était annoncée ; aujourd’hui ceci n’est plus envisagé, ni à court ni à moyen terme.

Je voudrais revenir quelques instants sur l’année écoulée marquée par de nombreux évènements. Il y a eu en particulier l’accident du train des Pignes le 8 février 2014 à cause d’un rocher de plusieurs tonnes qui l’a percuté et qui a fait deux morts, un blessé grave et huit blessés légers entre les gares d’Annot et de Saint-Benoît. Je voudrais souligner le travail de tous en ce moment douloureux.
Mais 2014, ce sont aussi les élections municipales, temps fort de notre vie démocratique. Chez nous, plus de 80 nouveaux maires ont été élus sur les 200 communes. Je les salue collectivement et leur souhaite un excellent mandat car ils sont indispensables à la vie locale.

Chaque année, il y a malheureusement des sujets qui restent d’actualité et le chômage en fait partie. En effet, la préoccupation majeure de nos concitoyens c’est l’emploi. A quelque niveau de responsabilité politique que ce soit, nous avons tous cette priorité présente à l’esprit pour conduire notre action et tout mettre en œuvre pour améliorer la situation. L’exigence est légitime et nous avons un devoir de résultat.

Au niveau local, nous avons fait le choix d’une politique volontariste avec nos pactes pour l’emploi successifs qui associent de nombreux partenaires et nous permettent de consolider et développer l’emploi et les entreprises parce que la lutte contre le chômage reste une priorité absolue.

Je salue à cette occasion le courage, la détermination et le dynamisme de nos chefs d’entreprises et de leurs salariés, de nos artisans, de nos agriculteurs, de nos associations… qui font preuve d’adaptation et d’innovation pour relever les défis du présent et de l’avenir.

Le Conseil général a cette même volonté. Il agit au quotidien pour soutenir l’économie locale, préserver les emplois, aménager le territoire de manière équitable, conserver les services publics. Il est aux côtés de nos enfants et de nos aînés.
Malgré une conjoncture budgétaire contrainte, le Département reste ambitieux et anticipe les besoins futurs. Nous sommes en effet tous confrontés aux baisses des dotations de l’Etat qui s’inscrivent dans le plan de désendettement du pays et qui nous obligent à une gestion particulièrement rigoureuse. Bien que ces difficultés impactent la préparation de nos décisions, nous avons adopté, à l’unanimité des Conseillers généraux, et je les en remercie chaleureusement, un budget qui permet de continuer à réaliser des investissements importants et à accompagner les communes dans leurs projets.

Ce sont plus de 50 millions d’euros qui seront cette année encore consacrés à l’investissement dans le domaine des routes, des établissements scolaires, des aides aux communes, du déploiement de la fibre optique. Les chantiers des collèges Maxime Javelly à Riez et Maria Borrely à Digne avancent bien et contribueront à créer de meilleures conditions pour les études de nos collégiens.

Je suis très soucieux de l’utilisation des deniers publics, du service rendu et de l’efficacité au-delà des discours. C’est pourquoi, je me réjouis de la décision du Ministre de l’Intérieur qui a donné un avis favorable au projet de nouveau commissariat à Digne les Bains. Ce dossier, je le connais bien puisque nous travaillons dessus avec l’Etat depuis plus de deux ans. Le Conseil général portera le projet pour le compte de l’Etat. Notre assemblée a délibéré favorablement sur ma proposition.

Les discussions et arbitrages sur le prochain contrat de plan Etat/Région ont démarré. Nous sommes très vigilants sur le volet mobilité, sujet essentiel pour les Alpes de Haute-Provence. Il faut absolument améliorer la desserte de notre ville chef lieu. Je l’ai dit, je le redis et soyez en certains je continuerai à le dire jusqu’à obtenir satisfaction.

Nous serons également extrêmement attentifs à l’amélioration de la desserte ferroviaire du Département c’est-à-dire à la modernisation de la ligne des Alpes et de la ligne des chemins de fer de Provence.

Au sein de notre institution, je rappellerai la création encore récente du service départemental d’archéologie et la décision de l’Assemblée départementale d’assumer la gestion de la réserve géologique de Haute Provence. Dans les deux cas il s’agit de mettre en valeur notre territoire, d’accroître son attractivité et de contribuer à son développement économique.

Je pense également à l’engagement de l’Assemblée départementale en faveur du développement du « très haut débit » avec l’objectif de couvrir 70% de la population en fibre optique à l’horizon 2020 et de mener dans le même temps une opération de montée en débit pour tous.

Enfin, dans le domaine de la programmation et de l’anticipation, 2015 sera en outre l’année de réalisation des schémas départementaux pour les personnes âgées et pour la protection de l’enfance.

Je ne serai pas exhaustif et je vous épargnerai de la liste de nos réalisations, mais je rappellerai notre démarche exemplaire au titre de l’environnement, avec l’agenda 21 d’abord puis avec le plan climat énergie territorial.

Dans un autre registre, les chiffres de l’INSEE sont tombés il y a quelques semaines et ils sont positifs pour notre département. En effet si la croissance démographique ralentit en Provence Alpes Côte d’Azur, les deux départements alpins tirent leur épingle du jeu et les Alpes de Haute-Provence gagnent 1000 habitants en moyenne chaque année. Ce chiffre témoigne de notre dynamisme et de notre attractivité même si nous savons que l’évolution n’est pas identique partout sur notre territoire.

Enfin, en 2015 nous aurons le grand plaisir d’accueillir les courses cyclistes du Dauphiné Libéré et du Tour de France avec une étape magnifique qui reliera Digne à Pra Loup. C’est la première fois qu’une étape se déroulera intégralement sur le territoire des Alpes de Haute-Provence.

L’arrivée à Pra Loup célèbrera les 40 ans de la victoire de Bernard Thévenet. Je vois dans cette étape un formidable coup de projecteur pour notre département et je suis convaincu que nous y gagnerons beaucoup en notoriété. J’en profite pour remercier publiquement Christian Prudhomme, le directeur du Tour, qui a réservé une suite favorable à ma proposition et sans lequel cet événement ne serait pas réalisable.

Cette année représente la fin d’une mandature et c’est un moment émouvant pour moi et pour l’ensemble de mes collègues. Nous avons travaillé tout au long de ces années dans un état d’esprit constructif, amical et toujours, j’insiste, toujours dans l’intérêt des Bas Alpins et des services que la collectivité pouvait leur apporter. La qualité des débats et des relations au sein de l’assemblée départementale s’est traduite par des votes à l’unanimité sur la quasi-totalité des délibérations. A cet égard, c’est assez exceptionnel. J’espère vivement que la prochaine assemblée poursuivra ses travaux dans cette perspective et dans le respect de chacun.

Je terminerai mon propos par la traditionnelle expression des vœux, moment unique qui nous permet de partager des souhaits communs.

Je vous adresse, Mesdames et Messieurs, en mon nom personnel et pour l’ensemble des conseillers généraux, mes vœux les plus chaleureux de santé, de réussite et de bonheur. J’ai une pensée particulière envers celles et ceux qui sont exposés à la solitude, au handicap, à la maladie et je souhaite que cette nouvelle année leur apporte espoir et courage dans une société plus solidaire. Avec conviction et détermination, je continuerai, pour ma part, à croire en notre département et en tous les bas alpins qui le font vivre.

Vive les Alpes de Haute-Provence, vive la République, Vive la France !

Bonne et heureuse année à vous tous !